108 – Un vrai seigneur

Vidéo : « Rien à prouver »

Je suis un seigneur.

Je mange dans une gamelle de bois, dors dans de la fourrure, nage en eaux libres, mendie avec dédain, gâche sans remords, mâche solennellement, marche sans me presser, cours avec les ânes, bêle en compagnie de mes femmes.

Je regarde l’heure qu’il est à la seconde près quand je n’ai pas besoin de savoir l’heure qu’il est. J’oublie le temps qui passe quand je vois le temps qu’il fait. La fatalité chez moi s’appelle « fatalitas ». Je baigne parfois mes pieds dans une bassine en zinc. Je suis un seigneur et mes orteils valent autant que vos cocktails.

Comme tout seigneur, j’ai plein d’honneur : je crache par terre avec ostentation. Ca me fait coqueter quand je porte mon beau chapeau à plume. J’aime me pavaner, railler, mépriser, persifler. Je déteste la compagnie de mes semblables portant un couvre-chef plus haut que le mien. Je porte un amour presque immodéré à mes chats. Ma bonne les nourrit, et elle est âgée. Je ne la paye pas pour ne rien faire, aussi j’attends de cette vieillarde maintes satisfactions et moult services : transports de bois, arrachage de souches, port de seaux d’eau fort lourds. Pour la cuisine, j’emploie un tendron de seize ans peu farouche.

Je suis riche, avaricieux, poltron, déloyal, menteur, faussaire, enthousiaste, retors, élégant, colérique et prétentieux.

Je prends dans les troncs des églises, donne aux moins pauvres, fais la morale aux riches, recueille dans mes écuries les miséreux, mange à ma faim, vole ma vieille bonne, gâte ma cuisinière de seize printemps, flatte mon curé.

Je suis un seigneur. J’ai besoin de le répéter, de le rappeler, qu’on s’en souvienne. Mon chapeau à plume est seyant, mes crachats sont sonores et puissants, ma demeure est glaciale. Je vis dans mes écuries la plupart du temps, sauf quand je recueille des vagabonds. Là, je dors dans mon lit, eux dans mon foin quotidien. Je suis un seigneur.

Un peu étrange disent certains.

Laisser un commentaire

107 – Je suis un prince

Vidéo : « Je suis un prince »

Fils des étoiles, enfant de la Lumière, fruit céleste, il est naturel que je sois considéré comme un prince.

Le prince IZARRA.

Même si, accessoirement, certaines femmes m’appellent PHARAON…

Évidemment cela déplaira au possible à plus d’un détracteur que je me fasse appeler prince… Comment faire abstraction de l’ingratitude, de l’ignorance, de la bêtise de ce monde puisque, moi aussi, je suis de ce monde ? Par conséquent je prends en compte les griefs, railleries et médisances de mes adversaires. Avec la hauteur de vue qui me caractérise.

En effet, un vrai prince sait écouter la gueusaille hurlante. Magnanime, miséricordieux, hautain mais néanmoins bienveillant, toujours je répondrai à leurs crachats en répandant le parfum de ma noblesse.

Mes ennemis en veulent à mon auréole izarrienne mais je pardonne infiniment à ces hérétiques : large, puissant est le torrent de mon âme, minuscule est la rigole de leurs pensées.

Le prince IZARRA fait grand cas de sa particule et comme toujours ce sont ceux qui vivent sous des patronymes dupontesques qui sont les premiers à le dénigrer… La proximité mutuelle des principes opposés amplifie leurs gloires et déchéances respectives : l’or que souhaite côtoyer la boue rend encore plus vile cette dernière et l’onde fangeuse qu’assèche la face de Râ fait briller l’astre d’un éclat supplémentaire.

Je suis le métal de la vertu, le soleil qui fait pâlir tout artifice.

Je restaure les vérités : à travers moi le vice rougit de honte et la laideur baisse son regard borgne.

Je suis Art, je suis Poésie, je suis Beauté, je suis Vérité, je suis IZARRA enfin.

De ma seule particule j’écrase misère, nullité, mensonge, horreur. De mon aile virile j’ennoblis quiconque est digne de la flamme izarrienne. De mon esprit supérieur j’éclaire l’aveugle lectorat, guide les égarés livresques, conseille aux érudits d’aller se régénérer à la source izarrienne. Je débouche les oreilles des sourds au son de ma lyre. Et de ma trompette fameuse réveille tous les abrutis de la Terre.

De mon front pur émane l’autorité cosmique.

Mon âme décidément débordante de noblesse fait loi. Ses éclairs sont bleus, blancs, rouges.

Et jaunes.

Je rétablis les honneurs perdus, châtie la vulgarité, distribue caresses ou jette le blâme.

Je suis le Salut des lettrés, je suis l’Épée des plumes, l’ennemi des enclumes.

En un mot je suis la Plume, je suis l’Étoile, je suis IZARRA.

Un vrai prince.

Laisser un commentaire

106 – Le coeur et l’entonnoir

Vidéo : « Un chat jaune chez nous »

Autrefois j’ai aimé une créature infernale. Un monstre beau, tendre, baroque et pur : prodige régnant sur un pays dont on ne voit jamais les frontières, aussi vaste que l’imagination. J’ai quitté les rivages qui vous sont si chers, asiles de vos dieux d’airain. J’ai rompu les amarres qui vous tiennent tant à coeur, impatient de rejoindre les brumes promises, loin de votre terre ferme.

Pour plaire à cet être hideux j’ai trahi raison, sens, logique. Pour cette chose innommable j’ai renié l’âpreté des sciences, attiré par l’haleine chaude, mystérieuse de ses baisers. Au nom de cet amour contre-nature je me suis détourné de la fontaine du savoir, préférant me désaltérer à la source brûlante, vénéneuse de ses lèvres. De ce breuvage impie j’ai gardé la nostalgie du feu qui donne leur éclat aux étoiles. Et rend si pâles vos visages enfouis dans la grisaille…

J’ai suivi cette chimère pour fuir vos jours remplis d’ennui. Vous étiez morts, elle était pleine de vie. Parce que j’ai aperçu une parcelle de vérité dans ses yeux vérolés, j’ai dit : « J’oublie la patrie des sages ! ». Ne me condamnez pas, la mort me demandera bien assez tôt des comptes pour avoir tant aimé la pourriture.

Aujourd’hui je demeure seul, mon amour putride n’est plus à mes côtés. La créature s’en est retournée à son cher enfer, et me voici revenu parmi vous. Je porte sa mémoire comme un délicieux fardeau. Parfois elle vient me visiter dans mes songes pour me cracher à la figure.

Cette créature, les plus âgés d’entre vous l’ont peut-être rencontrée un jour, dans un autre pays que ce pays, sous d’autres cieux que ces cieux. Elle avait les yeux profonds, noirs, terribles et beaux… Ils étaient bleus peut-être. A moins qu’ils ne fussent verts. Ou ténébreux. Mais quelle importance ? Ils étaient bridés comme des demi-lunes ou bien clairs comme l’eau vive. Elle n’était pas d’ici et pourtant elle était quand même de notre pays, de notre histoire, de notre temps. Elle était belle, laide, fascinante, effrayante.

Elle se nommait FOLIE.

Laisser un commentaire

105 – Les yeux clairs

Vidéo : « Décollage en catastrophe »

Lorsque j’étais enfant il y avait dans mon village un vieil homme qui passait à vélo. On l’appelait « Saint-Denis ». J’ignore si c’était là son véritable nom ou un simple sobriquet. Il vivait dans une vague cabane dans le village d’à côté. Dans une espèce de lieu informel, mi-terrain vague, mi-sous-bois, non loin du centre de son village. Une situation à la limite de la légalité. Ce « Saint-Denis » doit être mort depuis longtemps, maintenant.

Je portais sur cet homme mon regard puéril, et voyais en lui une sorte d’aimable vagabond aux allures d’étoile filante, juché sur son antique vélo et qui passait dans la rue, laissant sur son sillage un parfum mystérieux et exotique. Mon imagination impubère s’emportait et je me laissais vite séduire par ce vieux fou. Je le croyais prince de quelque royaume fantastique, sorcier magnifique ou compagnon de lutins. Je l’interrogeais, émerveillé par ses histoires de loups dans la nuit, de hérissons, de hiboux, par ses anecdotes pittoresques, ses aventures avec son vélo sur les petites routes de campagne… Cet homme fut un des rêves ayant nourri mon imaginaire infantile.

Puis je grandis. Alors mon regard sur les choses de ce monde changea. Le merveilleux personnage que je m’étais figuré était devenu un pauvre type analphabète, inculte, sans conversation, aux allures douteuses et ne s’intéressant qu’aux bistrots. Ce « Saint-Denis » n’était pour moi plus qu’un vieux garçon minable et sans intérêt qui vivait dans une cabane sordide.

Le jour où je pris conscience de cela, ce jour-là je devins adulte.

Mais le jour où je pris conscience, bien plus tard, que mon regard avait à ce point changé, ce jour-là je décidai de redevenir enfant. Et je ne voulus plus jamais être adulte.

Laisser un commentaire

104 – Nestor le mal-aimé

Vidéo : « Le bras cassé »

Le petit Nestor, fils d’un riche industriel et d’une descendante d’illustre famille de France est un enfant dénué de sensibilité, cruel, profondément sot et parfaitement associable.

Inapte à l’effort, il n’apprend rien, si bien qu’à l’âge de douze ans il est pratiquement analphabète. De nature sadique le petit Nestor passe son temps à transpercer des limaces avec des aiguilles de pin ou à engluer les oisillons qu’il attrape au nid, ce qui fait le désespoir de ses géniteurs, trop conscients qu’ils sont d’avoir accouché d’un monstre.

Nestor est un enfant imbécile, gourmand, vicieux, voleur, menteur, vain et sans coeur. Il n’aime pas sa maman, il n’aime pas son papa, encore moins les limaces et les oisillons. Il n’aime que lui. Il n’a aucune aptitude aux expressions artistiques. Il ne s’intéresse à rien, sinon à l’oisiveté et à la pratique assidue de la cruauté envers les animaux. Il n’a pas d’amis et se montre méchant avec les plus petits que lui. Il n’est donc pas question de lui confier un chien ou un chat. Nestor est un enfant incorrigible d’une rare bêtise, animé d’une authentique méchanceté envers autrui. Humains ou animaux, tous les êtres vivants sont ses ennemis.

Bref, Nestor est tout le contraire d’un enfant surdoué, sensible et aimant. Voilà enfin un solide affront aux idées reçues !

Laisser un commentaire

103 – Un drôle de personnage

Vidéo : « Etrange gilet orange »

Avec son parapluie troué, ses allures de dadais dégingandé, il ressemble à un Croquignol endimanché.

Il mange à heures fixes et jeûne le reste du temps, se lève tôt et ne se couche jamais. Affamé, il ne roule farine mais cire carrosses. Repu de misères, il ouvre son parapluie sous le soleil de mars en racontant des salades. J’aime son caractère fantasque, son aire de vie, les ourlets de ses pantalons raccourcis.

Son parapluie est un rempart contre l’humidité. Il l’ouvre toujours au moment où les passants menacent postillons. Il le ferme lorsque les premières gouttes de pluie touchent le sol. Avec son accoutrement « pluviesque », il effraie les femmes, charme les mauviettes. A travers ses chaussettes trempées, il rallie égarés et messagers des saisons qui voient en lui leur égal.

Ses amis se comptent par nuées : oiseaux du ciel, hommes de la terre, passagers de l’air. Avec ses poches pleines de vent, son chapeau de paille et son lit de betteraves, il est riche comme un radis, fauché comme un prince. Dernier des blés, premier des buveurs d’eau, planté comme un vieux pieu, il végète, heureux.

C’est un ami recommandable, un cousin lointain, une silhouette à l’horizon.

Grand buvard de pluie avare de mots, aux étoiles qui se penchent au-dessus de son épaule il aime raconter sa vie d’épouvantail.

Laisser un commentaire

102 – De haut en bas

Vidéo : « Le train »

Le train cheminait au loin, des volutes blanches s’en échappaient. J’entendais les alouettes dans le ciel d’été. La machine avançait dans un sifflement joyeux. Mon regard se posa sur une tige d’herbe séchée où venait de se poser quelque insecte ailé. Noir, trapu, l’hôte du microcosme parcourut de la racine au sommet son repaire éphémère.

Le soleil illuminait champs et plaine jusqu’à l’horizon. A perte de vue, d’immenses pâturages. Un univers baigné dans une clarté irradiante. En moi, une impression ineffable de liberté, d’infini, de légèreté… L’azur et la lumière se révélaient subitement dans leur plus pure expression, et à ces beautés soudaines mon âme s’éveillait.

Le train s’approchait lentement, recouvrant peu à peu le chant des alouettes. La locomotive crachait son suif clair, les wagons bringuebalaient dans la prairie… Je vis un poème d’acier.

L’insecte explorait toujours sa tige, indifférent aux géants qui l’entouraient, étranger aux montagnes qui de toutes parts le dominaient.

Le train arriva à ma hauteur dans un fracas enchanteur, traînant dans son sillage un souffle chaud plein d’odeurs d’huile et de feu. Un vent fabuleux souleva mes cheveux, fit naître en moi un frisson inconnu.

Subjugué par le spectacle, je devins tout à la fois la pierre au bord du chemin, le buisson non loin de là, la tige séchée à mes pieds, l’air de la prairie et l’acier de la machine…

En s’éloignant avec son panache éclatant, la créature de métal prit des allures épiques et romanesques qui m’émurent profondément.

Au passage de ce monstre à vapeur l’insecte n’avait pas quitté sa tige, absorbé qu’il était de la naissance à la mort par son monde minuscule. A toutes les échelles, de la plus glorieuse à la plus insignifiante, je ne voyais que Poésie.

Ce jour-là le ciel égalait en beauté la poussière.

Laisser un commentaire

Older Posts »
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.